août
10
2012

L’emploi en France est mort, vive le Canada !

Votre avis compte pour moi :

Dans le contexte de crise que nous connaissons et alors que le chômage structurel a de fortes chances de poursuivre son ascension en France, j’accueille aujourd’hui Vincent Durivage, qui nous livre son analyse des secteurs canadiens les plus porteurs ainsi que ses meilleurs conseils pour ceux que l’expatriation intéresse. Pour rappel, le Canada est une des destinations privilégiées des expatriés français dont la communauté toujours croissante dépasse désormais les 150.000 membres.

Vincent est rédacteur web et étudiant en planification financière au Québec. Son Blog, Boursendirect, est dédié aux finances personnelles et a pour objectif de vous aider à optimiser vos revenus et vos dépenses.

Perspectives d’emploi au Canada, bienvenu aux immigrants

Venir travailler au Canada est une idée que beaucoup de français caressent et que certains réalisent. Les opportunités sont nombreuses, mais le défi important. Le Canada offre toutefois un avantage de taille, une économie stable et bien gérée. Alors que les économies occidentales sont au bord de la faillite, le Canada a fait bonne figure durant les dernières années. Seulement pour le Québec, on compte pas moins de 59 210 Français immigrés selon Radio-Canada et ayant un taux d’emploi supérieur à la moyenne nationale. Afin de vous guider dans votre choix, voici une analyse des deux grandes opportunités les plus intéressantes.

ressources canada

Les ressources naturelles

L’économie du Canada repose beaucoup sur les ressources naturelles. Son territoire regorge de ressources et l’industrie d’extraction des ressources naturelles est bien installée. Il est donc tout naturel que ce domaine soit parmi les plus demandeurs d’employés qualifiés.

Votre défi, si vous l’acceptez : faire en sorte d’avoir les qualifications requises pour ce type d’emploi. Les multinationales sont à la recherche de profils ayant soit des compétences en ingénierie soit des compétences à titre de main-d’œuvre journalière, des professions telles que mineur ou opérateur de machineries lourdes.

Les opportunités sont principalement en Alberta avec plusieurs projets pétroliers ainsi qu’au Québec avec l’ouverture prochaine de plusieurs mines dans le nord de la province.

Les technologies de l’information

Un autre domaine en forte croissance est celui des TI. Plusieurs entreprises voient le jour ou s’installent au pays afin de développer des services et produits liés à l’informatique. On retrouve d’ailleurs plusieurs entreprises d’envergure dans les grands centres urbains opérants dans le développement de jeux vidéo ainsi qu’en développement web. La demande est si importante que ces entreprises peinent à trouver des employés qualifiés.

Le site d’emploi Jobboom le confirme d’ailleurs : les offres d’emploi dans le domaine sont en explosion, principalement à Montréal et Toronto. Encore une fois les connaissances poussées sont recherchées. Dans ce domaine, la maitrise du français et de l’anglais prend une place importante, car les clients ainsi que les technologies utilisées sont internationaux, donc anglophones.

Savoir s’adapter

Le défi est grand. Il arrive fréquemment que des expatriés décident de mettre fin à l’aventure après quelques mois de travail, ou de recherche. L’adaptation se fait principalement à deux niveaux : le mal du pays et les conditions de travail « américaines ». La première raison est assez classique, il faut avoir une grande capacité d’adaptation et savoir vivre avec l’incertitude.

Le deuxième défi est toutefois plus spécifique au Canada. Le marché de l’emploi ici est très concurrentiel et les entreprises n’hésitent parfois pas à encourager les heures supplémentaires et demandent un dévouement sans borne de leurs employés. Il faut savoir se mettre en valeur, être bilingue et prouver ses compétences lors des entretiens d’embauche. Au travail, vous serez confronté à plusieurs défis d’envergure dont un apprentissage rapide de nouvelles compétences.

Malgré ces défis, l’opportunité demeure très intéressante et les emplois de qualité nombreux.

L’expatriation vous tente ? Vous avez déjà vécu une expérience similaire ?

Réagissez dans les commentaires !

5 Commentaires + Ajouter un Commentaire

  • Bonjour,

    Parfois j’y pense, mais c’est surtout la peur de l’inconnu qui empêche certaine chose.
    Il est plus intéressant de se former dans son pays d’origine qu’au Canada, car beaucoup plus difficile (frais d’inscription, remise à niveau …) ;) Récemment Les frais de scolarité au Canada ont augmentés.

    Mais une chose est sûr la qualité de vie au Canada est bien meilleur d’après ce qu’on me dit. et les vidéos que j’ai pu voir. Le Canada peut compter sur une partie de ses resserves naturelles (minière, pétrolière…) pour développer ou conserver un taux d’emploi. Ce qui n’est pas le cas de certains pays d’Europe qui sont contraint de développer une économie de services.

  • C’est clair que l’emploi en France n’est plus comme dans les années 90…
    Une des solutions est effectivement de partir pour un autre pays. Le canada est une très bonne solution (l’Australie aussi pour les bilingues). Croisons les doigts pour se sortir de ce mauvais pas le plus rapidement possible!!
    Merci de toutes ces précisions

  • Voila plus de 10 ans que je vis au Canada, tout en ayant des investissements en France, je n’ai aucune envie de rentrer… Je confirme que la vie est vraiment agréable au Canada et j’encourage tous mes compatriotes à venir tenter l’expérience. Vous pouvez essayer avec le PVT (Programme Vacances Travaille) ou venir à l’aventure comme j’ai fait en 2002.
    Je ne vois pas comment la situation en France pourrait s’améliorer tant que les politiques (de gauche comme de droite) prendront des décisions plus draconiennes pour rétablir les finances publiques…

  • Bonjour,

    merci pour cet article, un an après la situation ne s’est pas améliorée en France, s’est même dégradée, l’envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte m’a donc plusieurs fois traversé l’esprit.
    Pour avoir visité le Québec en vacances, il y a quelques années, j’avoue que cette destination m’intéresse particulièrement.
    Votre article est intéressant pour les opportunités d’emploi mais y a t-il des contraintes particulières à l’installation (visa, délai, durée etc…) ?

    A bientôt,

    Marc

  • Bonjour,

    Je ne sais pas si on peut parler du marché du travail et de la concurrence en ces termes, je pense que la pénurie de main d’oeuvre et la liberté de chacun de quitter son emploi en moins d’une semaine permet au contraire de bénéficier d’un certain confort. Les employeurs font ici font face à une problématique conserver leur main d’oeuvre qualifiée, car celle-ci ira au plus offrant, condition de travail, avantages sociaux, etc.
    Le fait qu’on arrête la tâche en cours en fin de journée et que l’heure supplémentaire est sauf exception toujours payée met en lumière un marché du travail, à mon sens beaucoup plus sain.
    Pour les derniers chiffres sur le marché des technologies de l’information je vous invite à ajouter ce lien à votre article >> http://www.jobillico.com/blog/infographie-les-technologies-de-linformation-et-des-communications-tic-au-quebec/
    Avec les chiffres 2013 6000 emplois à pourvoir l’an prochain selon Jobillico et Technocompétences.
    Merci pour cet article

Laisser un commentaire

UA-18988130