mai
9
2011

24 Essential Lessons for Investment Success

Votre avis compte pour moi :

24 Essential Lessons for Investment Success, c’est le livre qui doit réconcilier analyse technique et analyse fondamentale. L’auteur, William O’Neil, qui est tout de même le fondateur du Investor’s Business Daily, plaide pour une approche pragmatique, appliquant l’analyse fondamentale pour identifier les entreprises les plus performantes et l’analyse technique pour analyser le niveau de valorisation de leurs actions.

24 Essential Lessons for Investment Success est un petit guide très pratique et facile à lire qui vous aidera à mettre en place une stratégie boursière à base de stock-picking, d’autant plus d’actualité aujourd’hui que le contexte boursier n’a peut être jamais été aussi incertain et volatile.

Bonne lecture !

Note : les 2 résumés suivants vous aideront à comprendre ce qu’est l’analyse fondamentale :

->  L’investisseur intelligent (partie 2)

-> Investir dans la valeur (partie 2)


Votre gain de temps : 3 heures !

Taille du livre : 173 pages

Durée de lecture du livre : 3 heures 30 minutes (version anglaise)

Taille du résumé (au format PDF) : 12 pages environ

Durée de lecture du résumé (parties 1 et 2) : 30 minutes

Soit un gain de temps de 3 heures minimum grâce au résumé publié par Mes Finances.

Leçon # 1 : Ce que chacun devrait savoir (faire) avant d’investir en bourse

  • Sachez couper vos pertes quand il en est encore temps,
  • Coupez vos pertes dès que votre moins value latente atteint -8%,
  • Soyez tenace. Apprendre à investir ne se fait pas en un jour. Cela demande du temps, des efforts, et de l’expérience. Et l’expérience ne s’acquiert qu’à travers les leçons tirées de nos échecs !
  • Vendez toujours en premier l’action qui performe le moins, pas celle qui vous rapporte le plus,
  • Ne prenez pas de décision sur un coup de tête. Gardez la tête froide et sachez reconnaître vos erreurs. Cela fait partie du jeu.

Leçon # 2 : si vous êtes débutant, le meilleur moment pour commencer, c’est… maintenant !

  • Vous ne devez surtout pas attendre d’avoir « le bon job » ou le « bon âge ». Commencez dès maintenant et accumulez de l’expérience !
  • Faites votre choix entre un conseiller financier et un courtier en ligne,
  • Quel que soit votre choix, renseignez-vous bien au préalable sur les frais qui vous seront demandés et les produits qui vous seront proposés,
  • Vous devez prendre chaque semaine du temps pour faire le point sur vos investissements. Apprenez à analyser des tableaux et des éléments factuels plutôt que les opinions des uns et des autres,
  • Lorsque vous débutez, évitez autant que faire se peut d’investir dans des supports tels que les actions très volatiles ou très faiblement valorisés, les options, les warrants, ou encore les actions étrangères. La plupart des actions que vous détiendrez doivent avoir un Prix de Revient Unitaire compris entre 10€ et 100€,
  • Vous pouvez débuter avec 500€ ou 1000€. Mettez en place un virement permanent de votre compte courant vers votre compte titre ou PEA,

Tuyau ! : je ne partage pas totalement l’avis de l’auteur sur ce point. Compte tenu du niveau des frais de courtage, on conseille généralement plutôt d’investir 3000€ minimum sur une valeur.

  • A partir de 5000€, vous pouvez commencer à diversifier votre investissement en détenant les actions de 2 entreprises. Le mieux est de ne pas détenir les actions de plus de 6 à 10 entreprises si vous êtes dans la fourchette des 100.000€. Dans tous les cas, il est vivement déconseillé de détenir plus les actions de plus de 20 entreprises pour des raisons évidentes de praticité au niveau du suivi.

Leçon # 3 : Faites confiance à un système plutôt qu’à vos émotions

  • Ne vous laissez pas guider par vos émotions dès lors qu’il s’agit de gérer vos actions. Mettez en place des règles d’achat et de vente, et suivez les quelles que soient les circonstances,
  • Encore une fois, n’achetez jamais d’actions valorisées en deçà des 10€. Tout simplement parce que les entreprises en bonne santé ne descendent jamais en dessous de ce niveau,
  • Apprenez de l’histoire et des plus grands investisseurs,
  • Faites toujours une analyse a posteriori de vos opérations boursières. L’objectif : apprendre aussi bien de vos succès que de vos échecs,
  • Lorsqu’on se penche sur les meilleures performances d’entreprises en bourse sur les 45 dernières années, le cours moyen de l’action avant  qu’il ne double ou triple était d’environ 20€. Vous prenez un risque bien plus important en achetant des actions à un cours inférieur.

Leçon # 4 : Analyse fondamentale ou analyse technique ?

  • La combinaison des 2 approches est essentielle dans une stratégie de stock-picking,
  • L’analyse fondamentale étudie en priorité le bénéfice dégagé par une entreprise, la croissance de ses bénéfices, des ventes, les marges d’exploitation, et le ROE (Return On Equity). En procédant de la sorte, vous êtes ainsi en mesure de faire un premier tri sur les entreprises que vous étudiez pour n’en garder que les plus performantes,
  • L’analyse technique implique de savoir analyser le cours d’une action et vous permet ainsi d’acheter cette dernière au bon moment,
  • Le volume, à savoir le nombre d’actions échangées sur le marché dans la journée ou la semaine, est un indicateur clé pour interpréter correctement l’offre et la demande. Il s’agit d’un signal qui permet de savoir si les institutionnels sont plutôt en position vendeuse ou acheteuse, ce qui a pour conséquence d’impacter positivement ou négativement le cours de l’action,
  • Les entreprises les plus performantes ont des niveaux de ROE supérieurs à 20%. La plupart ont un management intéressé aux performances de l’entreprise.

Leçon # 5 : 2 variables clés au niveau de l’analyse fondamentale : les bénéfices et les ventes

  • Microsoft, Home Depot, et Cisco Systems furent parmi les grands succès boursiers des années 1980. Leurs actions montèrent en flèche après la publication de ventes et bénéfices records,
  • Les ROE de Microsoft, Home Depot et Cisco Systems étaient respectivement de 40%, 28% et 36%,

Tuyau ! : Recherchez des entreprises dont le taux de croissance des bénéfices est de 30% ou plus. De même, le ROE ne doit pas être inférieur à 17%,

  • Pour toucher le gros lot, vous devez acheter les bonnes actions au bon moment. L’action Microsoft a pris 286%  en seulement 30 semaines en 1986 et Home Depot a pris 912% en moins d’un an et demi,
  • Il est donc crucial d’acheter vos actions au sortir d’une période de consolidation si vous souhaitez réaliser de belles plus values.

Leçon # 6 : L’Indice de Force Relative : un outil clé d’analyse technique

  • L’IFR est un indicateur clé qui vous montre quelle valeur le marché lui-même accorde à une action,
  • L’IFR se calcule comme suit : calcul de l’IFR,
  • Evitez généralement les actions dont l’IFR est inférieur à 80,
  • Si l’IFR d’une action chute, cessez d’en acheter. Si le cours de votre action baisse de plus de 8% par rapport à votre prix d’achat, liquidez votre position. Vous vous protégez ainsi contre de grosses pertes.

Leçon # 7 : Quand vous achetez des actions, intéressez-vous d’abord à l’entreprise en question !

  • Choisissez toujours des actions d’entreprises leaders sur leur marché. Historiquement, la majorité des champions de bourse étaient les mieux positionnés sur leur marché,
  • Historiquement, les secteurs tel que la santé, les nouvelles technologies, les médias, les services informatiques, la grande distribution ont en moyenne fourni plus de champions que les autres secteurs,
  • Prêtez également attention à la solidité du secteur dans lequel évolue l’entreprise que vous étudiez. Au moment où Microsoft était un champion hors norme, People Soft et Dell étaient également devenus des leaders incontournables sur le marché,
  • L’IGRS (Industry Group Relative Force) peut vous aider à identifier les actions qui ont le plus de potentiel.

Leçon # 8 : L’importance du volume et du sponsorship

  • Les investisseurs institutionnels comptent pour 75% des acheteurs d’actions de qualité. Lorsque vous êtes en phase de sélection d’actions, le volume journalier ou hebdomadaire est ce qui vous permet de mesurer la demande,
  • Le volume, c’est le nombre d’actions échangées dans la journée. Cette information est disponible dans la plupart des journaux et sur les portails des courtiers en ligne,
  • Les actions ne montent jamais par accident. Une forte hausse s’explique la plupart du temps par des achats orchestrés par des fonds mutuels ou des fonds de pension,
  • Il est important de savoir quelles actions sont achetées par les meilleurs investisseurs institutionnels.

24+Essential+Lessons+for+Investment+Success

Leçon # 9 : Comment acheter pile au bon moment

  • Lorsqu’on étudie les champions des 45 dernières années et les raisons de leur envol, on trouve quelques bases communes. Ces bases se retrouvent notamment à l’origine de l’envol des cours de ces champions,
  • La caractéristique commune la plus marquante est une figure graphique appelée « cup with a handle ». La fin de l’anse constitue le signal d’achat,
  • Le point d’entrée optimal est le point pivot que vous pouvez calculer ici,
  • L’idée de cette stratégie est plutôt d’acheter à un cours élevé pour revendre ensuite à un cours encore plus élevé et non d’acheter au plus bas pour revendre au plus haut,
  • Des volumes croissants les jours précédents et un niveau de cours également en augmentation sont généralement des signes positifs de tendance à la hausse,
  • Des volumes en hausse et un niveau de cours à la baisse constituent des signes de tendance à la baisse,
  • Une baisse du cours de l’action et des volumes eux aussi décroissants n’indiquent a priori pas un signal de vente.

Leçon # 10 : Comment les patterns conduisent à faire de gros profits

  • Mis à part la figure précédente de la « cup with a handle », la figure du « double bottom » (double creux en français) représente également un bon indicateur d’une action à fort potentiel de hausse. Un exemple de cette figure en cliquant ici,
  • N’achetez jamais une action dont le point pivot a été passé de plus de 5%,
  • Les patterns dont l’apparence parait anormalement étendue sont davantage risqués. Il est recommandé d’acheter des actions dont les patterns paraissent plus mesurés et dont les cours sont moins sujets à fluctuation,
  • Vous devez vous tenir à l’écart d’une sortie par cassure sans hausse véritable du volume,
  • Lorsque vous faites votre choix d’actions, prêtez attention en priorité aux figures de type « cup with handle », « double bottom », « flat base » (fond plat en français).

Leçon # 11 : Comment analyser un graphique comme un pro

  • La plupart des actions à succès construisent un certain nombre de bases alors qu’elles croissent. Chacune d’elle crée différents stades de base. Les stades 3 et 4 sont connus pour être plutôt voués à l’échec.
  • Le cours de l’action analysé via son graphique et les volumes d’échange sont des indicateurs clés qui vous permettront de savoir quand une action a touché son plus haut et doit être vendue,
  • Etudiez les patterns des champions boursiers qui ont marqué l’histoire. L’histoire se répète sur les marchés boursiers.
  • La plupart des actions des entreprises leaders sur leur marché qui cassent une base solide vont généralement croitre d’au moins 20% en 8 semaines à partir du point pivot. Ne vendez jamais une action qui réalisera cette performance en moins de 4 semaines.

Leçon # 12 : Comment juger de la santé d’un marché financier ?

Pour un investisseur individuel, investir en bourse doit se faire en suivant les étapes suivantes :

  • Développez des critères de sélection qui vous permettent de choisir les meilleures actions et utilisez l’analyse graphique pour déterminer le meilleur moment pour acheter,
  • Mettez en place vos propres règles d’achat et de vente, pour couper vos pertes à un niveau raisonnable et encaisser vos plus values sans trop attendre,
  • Réfléchissez à une méthode qui vous permette de savoir quand vous estimez que les marchés sont au plus haut, et quand ces derniers ont effectivement touché le fond pour profiter du retournement de tendance,

N’oubliez jamais que lorsqu’on parle de marchés financiers :

  • Il est préférable de sortir de l’ascenseur quelques étages avant d’atteindre le sommet de l’immeuble, plutôt que de le dépasser et d’encaisser une chute vertigineuse,
  • Le marché est généralement représenté par les indices tels que le SP 500, le Dow Jones et le NASDAQ aux Etats Unis et le CAC 40, le SBF 250 en France. La plupart des actions suivent la tendance du marché,
  • Ne faites jamais confiance aux opinions des uns et des autres dès lors qu’il s’agit des marchés financiers. Etudiez plutôt le cours journalier des actions et les volumes d’échange des indices phares des différentes places boursières,
  • Un marché typiquement baissier chutera de 20 à 25% par rapport à son plus haut. Un contexte économique général et/ou politique dégradé aura des effets encore plus dévastateurs.

Leçon # 13 : Comment repérer quand le marché atteint un pic ?

attention

Suite et fin de votre résumé de 24 Essential Lessons for Investment Success : Lundi 16 Mai 2011 !

Votre avis

Vous avez des questions, des remarques sur cette première partie du résumé de 24 Essential Lessons for Investment Success, n’hésitez pas à réagir !

Vous avez aimé cet article ?

Alors partagez le et abonnez-vous à la newsletter j’apprends à m’enrichir” pour profiter des meilleurs bons plans de Mes Finances !

2 Commentaires + Ajouter un Commentaire

  • Très bon article, merci pour ce résumé!!

    Ne pas oublier que l’argent que l’on investi en bourse on ne doit pas en avoir besoin et être « psychologiquement » prêt à la perdre avant de se lançer! :)

  • Aujourd’hui, pour moi, couper ses pertes est une connerie. Entre les bigs traders qui font la chasse au stop et la volatilité des marchés, si t’es pas capable d’encaisser un temps une perte potentielle, tu vas passer ton temps à vendre pour perdre du fric.

Laisser un commentaire

UA-18988130