mar
22
2012

Secrets pour gagner en bourse (à la hausse et à la baisse)

Votre avis compte pour moi :

Stan Weinstein est l’un des gourous de la bourse les plus réputés aux Etats-Unis. Sa lettre d’analyse technique est l’une des plus lues au monde avec plus de 15.000 abonnés. Au contraire des précédents livres que j’ai résumés sur le blog (L’investisseur intelligent I et II, Investir dans la valeur I et II), Weinstein n’est pas un « fondamentaliste » mais un fervent défenseur de l’analyse technique, et on ne peut pas lui enlever son pourcentage de réussite – bien supérieur à la moyenne. Voici donc le résumé de Secrets pour gagner en bourse, à la hausse et à la baisse.

Note : si l’analyse technique vous intéresse, je vous conseille vraiment l’achat de ce livre. Au delà des conseils précieux dispensés, l’auteur y ajoute de nombreux quizz, exercices et graphiques qui vous aideront à vous entrainer avant de vous lancer. Indispensable lorsqu’on démarre dans l’analyse technique !

secrets pour gagner en bourse

Votre gain de temps : 9 heures !

Taille du livre : 343 pages

Durée de lecture du livre : 10 heures

Taille du résumé (au format PDF) : 16 pages environ

Durée de lecture du résumé (parties 1 et 2) : 30 minutes x 2

Soit un gain de temps de 9 heures minimum grâce au résumé publié par Mes Finances Mode D’emploi.

Introduction

L’objectif du livre est de vous apprendre à trouver les multiples indices fournis par le comportement des marchés pour vous positionner au mieux sur une valeur boursière et vous permettre de surperformer régulièrement le marché.

La philosophie d’investissement de l’auteur se résumé à 6 points essentiels :

  1. N’achetez ou ne vendez jamais une valeur avant d’avoir étudier son graphe,
  2. N’achetez jamais une valeur quand les « bonnes nouvelles » sont publiées, surtout si le graphe laisse voir une avancée significative avant cette publication,
  3. N’achetez jamais une action parce qu’elle paraît bon marché après avoir pris un bouillon. Quand les ventes se tariront, vous verrez que bon marché devient meilleur marché encore !
  4. N’achetez jamais une valeur dans une tendance baissière sur un graphe,
  5. Ne gardez jamais une valeur qui est dans une tendance baissière, peu importe si son PER est très bas. Plusieurs semaines après et plusieurs points plus bas, vous comprendrez pourquoi l’action a chuté,
  6. Soyez toujours logique. Si vous vous rendez compte que parfois vous achetez, parfois vous vendez dans des situations pratiquement identiques, c’est que quelque chose ne va pas du tout avec votre technique.

Quelques définitions indispensables avant d’aller plus loin

Zone d’appui ou de support : c’est la zone où une valeur après être tombée, se stabilise, rebondit et repart à la hausse. C’est comme un plancher. Une cassure sous la frontière basse d’une zone de support a des implications très négatives quant à l’évolution des prix de la valeur. Plus un support donné est mis à l’épreuve et plus longue est la période pendant laquelle ce support est mis à l’épreuve, plus fort est le signal négatif que vous lance le graphe si la zone est en fin de compte cassée par le bas.

Résistance : c’est la zone dans laquelle une valeur en reprise a des chances de rencontrer des problèmes et de se retourner. Plus une résistance donnée est mise à l’épreuve souvent, et plus la période concernée est longue, plus le signal « bullish » (haussier) lancé sera significatif une fois la zone de résistance franchie.

Zone de transaction (ou trading range) : c’est une zone de neutralité où se déroule la bataille entre acquéreurs et vendeurs. Quand une valeur est sur une tendance ascendante, cela signifie à l’évidence que les acheteurs sont plus nombreux que les vendeurs. Une tendance descendante est symptomatique du phénomène inverse. Dans un « trading range », les deux côtés sont de forces égales et les amplitudes restent confinées entre une zone de support et une zone de résistance.

Moyenne mobile : c’est un outil technique très important qui avertit de la direction des mouvements, sur le court terme et le long terme. Une moyenne mobile sert à lisser la tendance. Empiriquement, on constate que la moyenne mobile à 30 semaines (MM30) sert aux investisseurs long terme. La moyenne mobile à 10 semaines (MM10) convient plutôt aux traders. Pour un investisseur de long terme, le moment idéal d’achat se situe quand la valeur casse au-dessus d’une résistance, tout en passant au-dessus de MM30.

La cassure à la hausse (ou « breakout ») : les prix de la valeur remontent au-dessus de la frontière haute de résistance. Il faut garder en mémoire que plus le temps passé au-dessous de la résistance est long, plus sa cassure éventuelle sera significative et que plus « l’expansion » des volumes à la cassure sera forte, plus la cassure sera « bullish » (haussière).

La cassure à la baisse ou breakdown : c’est bien sûr l’inverse du breakout avec les prix qui passent au-dessous de la ligne basse de la zone support. Contrairement au breakout, un breakdown n’exige pas de forts volumes pour être valable.

Le retour (ou « pullback ») : durant la phase qui suite la cassure du « trading range » à la hausse, il y a très souvent une correction de « prise de bénéfices » qui ramène les cours de la valeur à proximité du point de « breakout » initial. Cela nous donne en quelque sorte une deuxième chance de nous positionner sur le titre. A l’inverse, lors d’un breakdown, une remontée provisoire des prix vers le niveau de cassure est souvent constaté : l’occasion idéale pour vendre le titre à découvert.

La courbe de tendance : la courbe de tendance désigne le fait de relier deux creux quelconques sur un graphe donné. Pour qu’elle soit significative, on estime qu’elle doit être touchée 3 fois au minimum. Plus forte est la pente d’une droite de tendance donnée, moins significative sera sa cassure par le bas. Sachez enfin que les signaux les plus « bullish » sont donnés quand une droite de tendance très importante est cassée par le haut et que sa moyenne mobile long terme est aussi dépassée par le haut.

Tendance haussière (ou « uptrend ») : Elle désigne une série de pics et de creux de plus en plus élevés sur une valeur donnée ou plus largement un indice de marché qui dure au moins sur plusieurs semaines et jusqu’à plusieurs années.

Tendance baissière (ou « downtrend ») : définition contraire à la tendance haussière.

Court, moyen et long terme : selon l’auteur, le court terme désigne une durée d’1 à 6 semaines, le moyen terme de 6 semaines à 4 mois, le long terme de 4 mois à 12 mois.

Force relative : comment une action donnée ou un secteur donné agit par rapport au marché. Par exemple, si un titre gagne 10% alors que les indices de marché perdent 20%, cela traduit une bonne force relative de la valeur. La force relative se calcule en divisant le prix de la valeur par le prix de l’indice de marché.

Vente à découvert : Vendre à découvert, c’est placer un ordre de vente sur des actions qui ne nous appartiennent pas actuellement. En pratiquant ainsi, vous faites le pari que le cours de l’action aura chuté lorsque vous rachèterez  ces actions. Le différentiel ainsi engrangé représente votre gain financier. C’est ainsi qu’il est possible de gagner de l’argent sur des marchés baissiers.

L’analyse graphique

Vous devez savoir qu’il existe plusieurs types de graphes sur lesquels vous allez pouvoir baser vos analyses.

Les plus courants sont les graphe « un trait » ou « bâtonnets » qui décrivent surtout le volume et qui relient le plus haut cours, le plus bas court et le cours de clôture pour une période donnée ainsi que le « point et figure » qui enregistre les changements de prix (utiles pour identifier les zones de support et de résistance).

graphe Mansfield

Un investisseur utilisera de préférence les graphes « Mansfield » hebdomadaires avec 5 critères d’observation :

  1. Les  pointes « haut-bas-clôture » : les prix sont la composante la plus importante du graphe car leurs formes vous permettront d’anticiper les mouvements qui vont suivre,
  2. Les volumes par semaine. De forts volumes sont le signe d’achats puissants et « urgents » qui propulseront la valeur bien plus haut,
  3. La moyenne mobile à 30 semaines : MM30. Ne jamais acheter une valeur même si elle vous paraît bon marché face à ses fondamentaux si elle s’échange toujours au-dessous de sa moyenne mobile à 30 semaines,
  4. L’environnement long terme : les « haut-bas » de l’année en bas à gauche des graphes « Mansfield » qui aident à replacer le cours actuel d’une action dans son contexte historique.
  5. La courbe de résistance : tant que cette droite est dans une tendance baissière, vous ne devez en aucun cas songer à acheter le titre. De même, quand une cassure des prix à la baisse va de pair avec un passage de la ligne de force relative sous le niveau zéro, vous vous trouvez confronté à une situation extrêmement défavorable. L’inverse est aussi vrai.

Les phases de marché

Une valeur se trouve forcément dans l’une des 4 phases de marché que sont la phase de plancher, la phase d’avancée, la phase de sommet et la phase de chute.

les phases de Weinstein

La phase de fondation (plancher) n°1 correspond à la période de démarrage ou de restructuration. Les achats et les ventes s’équilibrent, la MM30 commence à s’aplatir, les volumes diminuent ou s’assèchent et les prix stagnent et oscillent de chaque côté de la MM30 dans un trading-range. Cette phase peut durer très longtemps. L’analyse de la configuration des volumes durant cette phase n’est pas essentielle. Les volumes doivent gonfler en fin de phase pour passer à la suivante.

La phase d’avancée n°2 constitue la phase de croissance du cours. Elle s’amorce par une cassure des prix au dessus du haut de la résistance du trading-range et au dessus de la MM30 haussière sur de forts volumes. Dans la majorité des cas, il faut anticiper un retour provisoire sur le dessus de la résistance du trading-range. Durant cette phase, la MM30 se retourne vers le haut en général peu après la cassure. Les cours monteront par reprises successives et les corrections à la baisse restent au dessus de la MM30. En fin de phase, les prix fléchissent de + en + près de la MM30 en restant au dessus des derniers niveaux de support et la MM30 s’aplatit. C’est généralement à ce moment là que les annonces de news apparaissent.

La zone plafond n°3 est atteinte lorsqu’on est arrivé à maturité et que le prix n’arrive plus à croître. La MM30 s’aplatit, les cours oscillent amplement et de manière saccadée de chaque côté de la MM30 dans un nouveau trading-range et les volumes restent élevés. Les news sont bonnes.

La phase de chute n°4 représente la phase de déclin des prix. La MM30 devient plate, le cours casse le bas du support du trading-range dans des volumes non significatifs. Cette cassure sera en général suivie d’un Pullback confirmant la baisse et retournant la MM30 à la baisse. Une augmentation des volumes à la cassure suivie d’une baisse des volumes au Pullback est très critique. Pendant cette phase, les cours enregistrent des nouveaux plus bas successifs et les prix restent sous la MM30 baissière.

La période d’achat idéale

Pour un investisseur, les deux moments d’achat privilégiés se situent quand le titre quitte la phase de fondation et entre en phase d’avancée et lorsque le titre revient à son point de départ une fois la première poussée effectuée.

Pour un spéculateur, le moment privilégié correspond au moment où le titre tombe à proximité de sa moyenne mobile et « consolide » en phase d’avancée. Il casse généralement de nouveau au-dessus de la nouvelle de résistance. C’est ce que l’on appelle un achat de continuation.

Pour ne surtout pas rater le passage d’un titre en phase d’avancée, il existe une technique infaillible que vous devez connaître et utiliser : il s’agit des ordres d’achat stop.

Ainsi, vous serez en mesure d’acheter un titre au plus près de sa résistance et SEULEMENT si le titre casse au-dessus du niveau que vous aurez fixé par vous-même. Par exemple, si la résistance d’un titre est à 13, vous pouvez fixer votre ordre d’achat à 13.1 ou 13.2.

Ce dernier sera peut être exécuté à 13.3 ou 13.4 mais ce seuil reste proche de votre prix idéal d’entrée et vous vous trouvez dans le bon wagon.

Vous pouvez également mettre en place un achat stop entre des limites sur le modèle : acheter 1000 XXX à 12.1 stop, 12.8 limite. Cela vous évite de payer trop cher la valeur si d’aventure votre ordre devrait être exécuté tardivement.

Assurez-vous également de passer des ordres bons jusqu’à annulation. Dans le cas contraire, si votre ordre n’est valable que sur une durée de temps limitée, vous risquez d’oublier de le repasser ensuite et il serait vraiment dommage de passer à côté d’une belle opportunité pour une raison aussi stupide.

L’avantage des ordres précédent est de vous éviter de passer vos journées devant votre écran d’ordinateur ce qui est tout de même appréciable, non ?

L’analyse globale des marchés peut s’avérer extrêmement utile pour déterminer le meilleur moment pour acheter. Ainsi, le cycle présidentiel influence grandement les marchés actions dans la période pré et la période post électorale (pas forcément d’ailleurs dans le sens que l’on pense) : en moyenne, les marchés actions en France* baissent avant une élection présidentielle donnant un candidat de « gauche » gagnant et remontent ensuite. L’inverse est valable pour un candidat de « droite ».

* note : conclusions d’une étude faite sur la base des élections présidentielles françaises. A noter que la conclusion de l’étude n’est pas valable pour les élections 2012

De même, le cycle « saisonnier » est un autre facteur d’influence sur les marchés actions. Merrill Lynch avait ainsi calculé que sur les 80 dernières années, décembre était le meilleur mois pour la performance des marchés. Ainsi, c’est sur le trimestre formé de novembre, décembre et janvier qu’il existe le plus fort potentiel haussier.

Sur une base hebdomadaire, une étude de Yale Hirsch montre que le lundi est le plus mauvais jour de la semaine pour entrer en bourse, tandis que le vendredi est le meilleur, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Il en est de même avec la période précédant les départs en vacances qui s’avère « bullish » dans 68% des cas.

Ce que vous devez acheter

Pour déterminer sur quel titre vous avez intérêt à vous positionner, vous devez répondre aux 3 questions suivantes – il s’agit en quelque sorte d’une méthode entonnoir :

  1. Quelle est la tendance du marché ? Si cette dernière est négative, vous devez vous garder d’acheter des titres, même si vous identifiez quelques valeurs prêtes à casser vers le haut,
  2. Quels sont les groupes offrant les meilleurs développements techniques ?
  3. Quels sont les meilleurs graphes des valeurs du groupe que vous choisi ?

Nous reviendrons plus tard sur la détermination de la tendance du marché mais une fois arrivé au niveau 2 de la méthode, vous devez commencer l’étude sur les graphes eux-mêmes.

Un groupe s’étudie de la même manière qu’une valeur individuelle (étude de phase). Ainsi, l’idéal pour un investisseur, c’est lorsque le titre qui l’intéresse s’engage dans sa phase 2 et que le secteur se trouve au même point – le tout dans un marché de tendance « bullish » bien sûr.

Un autre signal fort d’achat apparaît lorsque vous voyez plusieurs actions d’un même groupe qui tournent soudainement « bullish ».

Au niveau 3, vous pouvez reprendre les critères que nous avons définis précédemment dans le résumé.

Comment déterminer les meilleures valeurs à l’achat d’un groupe

Les résistances

Un titre qui vient à bout de sa résistance et passe au-dessus de sa MM30 a de fortes chances de vous faire gagner de l’argent mais il existe 2 autres critères importants pour vous permettre de maximiser vos gains :

  1. Vérifiez que les résistances historiques du titre vont offrent un potentiel d’appréciation important car un titre a de fortes chances de « caler » un certain temps dans une telle zone,
  2. Vérifiez les perspectives long terme sur les graphes Mansfield : si vous ne trouvez pas de résistance, c’est tout bon !

Conclusion : vérifiez toujours où se trouvent les résistances potentielles et quelles sont leurs forces avant de choisir un titre.

Les volumes

Les volumes nous permettent de mesurer la puissance du groupe des acheteurs.

Rappel de la règle : vous ne devez jamais faire confiance à une cassure qui ne s’accompagne pas d’une forte croissance de volume.

Il paraît difficile d’établir des règles plus précises en matière de volumes. Néanmoins l’expérience permet de citer 2 indicateurs qui peuvent être retenus :

  1. Une « pointe-hebdomadaire » du volume qui représente AU MOINS 2 fois les volumes moyens du mois écoulé (ou plus),
  2. Une « construction » du volume sur les 3 ou 4 semaines passées représentant au moins 2 fois plus que les volumes moyens des semaines antérieures, le tout couplé à une augmentation visible sur la semaine de la cassure.

La force relative

La force relative désigne le comportement d’un titre par rapport au marché. La formule de calcul est la suivante :

Prix de XXX / Prix de l’indice de marché

Plus  la force relative du titre est importante, plus le titre pourra être perçu comme un leader de la hausse.

Vous ne devez jamais acheter un titre si sa force relative est en territoire négatif et demeure en mauvaise posture.

Guide de référence à l’achat… ou pas !

Voici une check-list rédigée par Weinstein pour vous orienter dans vos achats de titres :

  • Vérifiez la tendance principale du marché dans son ensemble
  • Découvrez les groupes qui sont les mieux orientés techniquement
  • Faites une liste des titres dans les bons groupes qui ont des configurations haussières, mais qui se situent toujours dans un couloir d’échange neutre. Ecrivez le prix que chacun doit atteindre pour casser
  • Resserrez la liste et barrez les titres qui ont une résistance sur leur tête à proximité
  • Resserrez encore plus en vérifiant les forces relatives
  • Placez vos ordres d’achat stop pour la moitié de la position sur ces quelques titres qui satisfont tous nos critères d’achat. Utilisez les ordres d’achat stop « bons jusqu’à révocation »
  • Si les volumes sont favorables sur la cassure puis se contractent sur le déclin des prix, achetez l’autre moitié de votre position sur le retour vers le point de cassure initial
  • Si la configuration des volumes est négative (pas assez élevée sur la cassure), vendez le titre à la première reprise. S’il ne lance pas de reprise et retombe sous son point de cassure, vendez immédiatement

Voici  une seconde check-list des principes à ne surtout pas appliquer lors de vos achats de titres :

  • N’achetez pas quand la tendance du marché est « bearish »
  • N’achetez pas une valeur dans un groupe négatif
  • N’achetez pas une valeur si elle se trouve au-dessous de sa MM30
  • N’achetez pas une valeur qui a une MM30 à la baisse
  • Peu importe qu’un titre ait une configuration « bullish », ne l’achetez pas trop tard dans une phase d’avancée alors qu’il est loin du point idéal d’entrée
  • N’achetez pas une valeur qui a des caractéristiques « volume » médiocres sur la cassure
  • N’achetez pas une valeur montrant une mauvaise force relative
  • N’achetez pas une valeur qui a une forte résistance sur la tête à proximité
  • N’essayez pas de deviner un « plus-bas » mais achetez plutôt sur cassure de résistance

Un dernier conseil : comme toute méthode qui repose sur des prévisions, il se peut qu’il y ait certains ratés. Surtout, ne mettez jamais tous vos œufs dans le même panier avec cette méthode et pratiquez la diversification !

Découvrir les gagnants exceptionnels

attention

La suite, la semaine prochaine !

3 Commentaires + Ajouter un Commentaire

  • Je commence à lire sur l’analyse technique et ses avantages. Je suis plutôt fondamentaliste, mais j’aime l’idée de fonds de l’analyse technique: tout est une question d’offre et de demande.

    Je dois dire que parmi mes lectures sur le sujet, le livre de Stan Weinstein est sans aucun doute le plus intéressant et surtout, il est facile à lire.

    bonne lecture tout le monde

  • Je ne suis pas un grand fan de l’analyse technique, mais je dois dire que j’ai lu cet ouvrage et qu’il est excellent. On ne voit plus les choses tout à fait de la même manière après être passé par Weinstein.

  • […] s1.parentNode.insertBefore(s, s1); })(); Suite et fin de votre résumé de Secrets pour gagner en bourse (à la hausse et à la baisse). Accès à la première partie en cliquant […]

Laisser un commentaire

UA-18988130