mar
8
2012

7 idées (reçues) sur le revenu de base

Votre avis compte pour moi :

Il y a quelques semaines je vous avais promis un second article sur le revenu de base, le premier ayant rencontré un certain succès en matière d’échanges à la fois sur Mes Finances et en dehors.

Voici donc 7 idées nouvelles sur le revenu d’existence qui vous permettront de mieux en cerner les enjeux.

revenu de base dans l'économie

1ère idée (reçue) : plus on travaille, plus on gagne d’argent

Faux. C’est pourtant le postulat de quasi tous les modèles économiques.

Yoland Bresson, économiste de son état, a fait partie de l’équipe franco-américaine en 1972 à qui on a confié la tâche de fixer le prix des billets du Concorde.

L’enjeu était de faire gagner du temps aux personnes qui travaillent beaucoup et ont les moyens de payer un prix élevé leurs billets en échange d’un gain de temps substantiel.

La conclusion de l’étude fut surprenante : les clients potentiels les plus motivés étaient les grands patrons de l’industrie – submergés de travail selon leur propre perception – mais paradoxalement ils étaient aussi ceux qui avaient le plus de souplesse dans leur emploi du temps.

Conclusion : plus on est riche, plus on a de temps libre.

2ème idée : le revenu de base repose sur un corpus théorique solide

Vrai. Yoland Bresson (encore lui) a déterminé la loi de répartition des revenus qu’il a publiée dans son ouvrage L’après salariat en 1984.

Pour lui, l’économie est avant tout un processus d’échange de temps : notre salaire nous est versé en échange du temps que nous consacrons à notre activité.

Ce faisant, nous libérons du temps à celui qui nous paie.

Le gagnant de la logique économique est donc celui qui libère le plus de temps pour lui.

Ainsi, la loi de distribution des revenus conclut à la nécessité de faire en sorte que chacun puisse entrer dans le jeu économique en recevant inconditionnellement le montant de monnaie qui correspond à la valeur commune du temps.

C’est pour défendre cette idée que Yoland Bresson a fondé l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence (AIRE).

Pour en savoir plus, je vous conseille fortement cet interview de Yoland Bresson réalisée par Stanislas Jourdan.

3ème idée (reçue) : si le revenu de base pouvait marcher, il aurait déjà été instauré

La réalité est un peu plus complexe.

L’orthodoxie économique véhicule depuis des milliers d’années l’idée que nous devons lutter contre la rareté des ressources.

Il nous paraît donc inconcevable de donner de l’argent à quiconque sans que ce dernier ne participe à la production de ressources.

Les Trente Glorieuses sont un autre élément d’explication. L’une des périodes les plus fastes de l’histoire mondiale durant laquelle le plein emploi était la norme. L’atterrissage est pour le moins douloureux et la crise commence seulement à faire prendre conscience à notre société que nous ne reviendrons pas à cet idéal économique.

Il est sans doute temps d’arrêter de vivre dans le déni politique et de faire front courageusement.

Le revenu de base a déjà été instauré sous des formes différentes dans certains pays comme projets pilotes.

C’est le cas pour l’Inde, l’Alaska, le Brésil, le Royaume-Uni, la Namibie, le Koweit, Singapour, les Etats-Unis, le Canada, etc.

Pour en savoir plus :

  1. Applications du revenu de base
  2. Le cas détaillé de la Namibie

4ème idée : le revenu de base résout le problème de l’emploi

Le revenu de base n’est pas une modification de la redistribution mais du mode de redistribution.

Le rôle actuel de l’Etat contribue plus à un nivellement par le bas qu’à une incitation à l’excellence.

Plutôt que de ponctionner ceux qui travaillent pour permettre à ceux qui ne le peuvent (provisoirement) plus, il serait plus opportun de donner à chacun l’opportunité de défendre ses chances dès le départ.

L’autre bénéfice du revenu de base réside dans la possibilité de flexibiliser le marché du travail. Le CDI ne serait plus le bouclier ultime contre la précarité. L’emploi aujourd’hui consiste surtout à vendre son temps de vie. Ce n’est ni plus ni moins qu’une forme sournoise d’esclavage.

Imaginez un modèle économique qui permettrait à chacun d’arriver à l’âge adulte avec déjà en poche un capital financier non négligeable.

Cela permettrait de prendre le temps de choisir son activité en fonction de ses talents et de s’intégrer progressivement dans le système.

5ème idée : les banques (sous leur forme actuelle) sont un frein à l’instauration du revenu de base

La banque centrale joue actuellement le rôle de prêteur en premier et en dernier ressort.

Les banques commerciales lui empruntent de l’argent qu’elles prêtent à leur tour aux particuliers et aux entreprises en appliquant une marge.

Si défaut de banque il y a, la banque centrale est là pour jouer le rôle de pompier.

Ce mécanisme est valide dans une économie de rareté, ce qui n’est pas/plus le cas.

La créativité financière a suffisamment évolué pour permettre d’arriver à la conclusion qu’aujourd’hui la monnaie n’est plus du tout rare.

Malheureusement, on continue à entretenir ce système de rareté artificielle car il est rentable pour ceux qui dirigent les mécanismes de la création monétaire.

Conclusion : les règles de la création monétaire doivent être changées.

6ème idée (reçue) : le revenu de base coûte trop cher à financer

Faux. Plusieurs économistes ont démontré par A + B que l’idée d’un revenu de base est fiable et même souhaitable sur le long terme.

En 1996, l’économiste Anthony Barnes Atkinson, dans son ouvrage Public Economics In Action, émet l’idée de supprimer les taxes directs pour créer un impôt sur tous les revenus (25% à 30%) afin de garantir à chaque citoyen un revenu minimum. Sans exception.

L’objectif : assurer une redistribution plus efficace sans décourager pour autant le travail.

J’ai déjà développé également dans mon précédent article l’idée de la mise en place d’une TVA sociale faisant de chaque citoyen le bénéficiaire et le contributeur du revenu de base.

N’hésitez pas non plus à visionner le documentaire que je cite dans l’article.

Le revenu de base peut également être financé par le biais de la création monétaire.

L’idée présentée dans l’ouvrage de Stéphane Laborde La théorie relative de la monnaie et préfacé par Yoland Bresson va même plus loin que les idées précédentes en proposant un mécanisme direct de distribution (exit donc l’idée même de redistribution).

Du point de vue des finances publiques, le revenu de base devient par là même une hypothèse extrêmement réaliste. La condition ? La conclusion de notre 5ème idée :

Les règles de la création monétaire doivent être changées.

7ème idée : La crise de la dette de l’Union Européenne est une opportunité extraordinaire

L’endettement actuel des Etats européens montre tout simplement qu’en dehors des causes conjoncturelles de la crise, le système de redistribution mis en place au sortir de la guerre n’est plus viable. Sauf que tant que ça continuait à vivoter, personne n’avait envie d’en changer.

Aujourd’hui, au moins, tout le monde a pris de conscience qu’il y a un problème. Reste à se montrer volontaire dans le changement au niveau politique.

Les économies européennes semblent trop imbriquées les unes dans les autres pour envisager désormais une sortie de crise hors zone euro, et précisément pour des contraintes monétaires.

La solution passe sans doute par une convergence accrue des économies nationales et une modification du rôle de création monétaire de la BCE.

L’hypothèse des Eurobonds (emprunt de l’UE toute entière et garanti par tous les Etats Européens simultanément) n’est pas la panacée (on remplace de la dette par… de la dette !) mais couplée à un projet collectif européen de revenu de base (redistribution d’une partie de la création monétaire engendrée), elle redonnerait l’espoir d’un projet européen, gravement mis à mal ces derniers mois.

N’oublions pas qu’une dépression économique est avant tout une dépression des peuples…

Pour aller plus loin

Quelques ressources complémentaires pour vous permettre d’aller plus loin :

  1. 10 mauvaises raisons de ne pas croire au revenu de base
  2. Les enjeux de la création monétaire
  3. L’association Basic Income Earth Network
  4. Le dividende universel : un enjeu majeur de société
  5. Plaidoyer pour l’abondance contre l’économie (de rareté)

Votre avis

Quel est votre avis sur le revenu de base ? Que vous inspire ces différentes ressources sur le sujet ? N’hésitez pas à réagir !

Vous avez aimé cet article ?

Alors partagez le et abonnez vous à la newsletter « j’apprends à m’enrichir » pour profiter des meilleurs bons plans de Mes Finances !

3 Commentaires + Ajouter un Commentaire

  • J’aime beaucoup cette première idée reçue. Il est clair que si demain je veux doubler mon salaire, il faudrait que je double mon temps de travail ce qui est tout bonnement impossible. Au delà de la perception du gain de temps, je pense que c’est par la valorisation de son travail que l’on obtient un véritable levier de hausse des revenus.

  • Bonjour,

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’idée reçu N°1 : ce n’est pas parce que l’on a de la souplesse dans son emploi du temps que l’on a du temps libre. Un patron est libre de se prendre 2h pour aller au Golf dans la journée, il n’y aura personne au dessus de lui (le client?) qui pourra lui reprocher par contre ce n’est pas pour autant que son travail sera fait.

    Nusa

  • […] 7 idées (reçues) sur le revenu de base. Réponses à certaine idées reçu sur le travail, la monnaie et donc le revenu de base. […]

Laisser un commentaire

UA-18988130