nov
24
2010

Inside Job : pourquoi vous devez ABSOLUMENT aller voir ce film

Votre avis compte pour moi :

Inside Job est un documentaire américain réalisé par Charles Ferguson qui revient sur les mécanismes qui ont engendré la crise économique mondiale sans précédent que nous traversons depuis 2008.

Mes Finances Mode D’emploi vous donne son avis sur le film et vous dit pourquoi vous ne devez ABSOLUMENT pas le rater pour le bien de votre éducation financière et de votre citoyenneté.

inside job - le film

« Mais je n’aime pas la finance »

On peut détester la finance et les financiers.

On peut se dire que c’est un Monde de requins sans foi ni loi et qu’on est bien content de ne pas en faire partie.

On a raison d’être persuadé que ce sont les méchants banquiers d’affaires de Wall Street qui sont à l’origine de la crise mondiale sans précédent qui a éclaté fin 2008 et qui nous met aujourd’hui le moral dans les chaussettes.

Par contre, il y a une chose qu’on n’a pas le droit de faire en tant que citoyen.

C’est de ne pas essayer de comprendre ce qui s’est passé en 2008 pour empêcher que ça se reproduise.

Aujourd’hui qu’on le veuille ou non,  la finance gouverne le monde.

On peut sans doute le regretter pour des tas de raisons, mais tant qu’on ne s’intéresse pas à son fonctionnement avec précision, on laisse la possibilité à d’autres, parfois sans scrupule, de nous manipuler.

Bien sûr, il ne faut pas non plus être parano.

Tous les méchants de la Terre ne se sont pas dit un jour : « Tiens, et si on formait une ligue des gentlemen les plus méchants du Monde (oui, oui du Monde !) et qu’on l’appelait la finance ?… ! ».

Mais à l’heure où les financiers gouvernent notre Planète, il est sans doute essentiel de se pencher un peu plus sur sa propre éducation financière et de se montrer un peu plus critique et rigoureux dans notre choix de produits d’investissement et de conseillers.

Comme l’a écrit Victor Hugo, dans Océan Prose :

La liberté commence où l’ignorance finit.

Et à bien des égards, Inside Job vous rend votre liberté.

——————–

En un mot : EXTRAORDINAIRE

Inside Job est un documentaire tout simplement GÉNIAL.

Alliant précision et émotion, visuels superbes et musique rock n’ roll, on y voit défiler l’ensemble des acteurs de la finance mondiale, de Dominique Strauss-Kahn, patron du FMI aux lobbyistes, universitaires et autres CEO des grandes banques d’affaires américaines.

Et surtout on comprend avec une facilité déconcertante le mécanisme du plus grand cataclysme économique de l’histoire humaine et quelles sont les responsabilités de chacun.

Vous apprécierez d’ailleurs à ce propos de voir comment Charles Ferguson parvient à déstabiliser ces fameux responsables en les mettant en face de leurs contradictions.

Pédagogique, accessible, rigoureux et rythmé, Inside Job est sans aucun doute LE documentaire sur la crise que vous devez ABSOLUMENT aller voir pour comprendre ce qui s’est passé.

Et puis, si vous kiffez Matt Damon, sachez que c’est lui qui pose les questions dans les entretiens.

Alors si vous hésitiez encore… :-)

La crise des subprimes - Mes Finances

No comment

On (re)découvre dans le film qu’à partir de 2006, les banques d’affaires ont commencé à spéculer sur l’effondrement des produits qu’elles avaient recommandés à leurs clients.

Comment, en toute connaissance de cause, elles ont organisé cette faillite mondiale.

Et surtout comment, parce qu’elles savaient mieux que tout le monde que leurs produits étaient toxiques, elles ont enregistré des profits records du fait même de l’effondrement du système.

Pour faire simple :

  1. Je vends un produit « merdique »  – l’expression même d’un employé de l’une de ces banques dans un e-mail cité lors du passage des responsables devant le congrès américain ;
  2. Je maquille sa toxicité en le rendant complexe;
  3. Je le vends à mes clients et ma copine l’agence de notation lui donne une super note sinon je la paye pas  – oui, car c’est moi qui la paye ;
  4. Mon copain l’assureur entre dans la danse et assure mon produit contre un risque de défaillance tout en faisant parier 1, 2, 3, 4… spéculateurs sur le risque de défaillance de ce seul produit – et donc il s’engage à les rembourser tous en cas de pépin, autrement dit il s’engage à faire faillite en cas de pépin ;
  5. Sachant que je suis en train de planter le système, je parie sur son effondrement (via mon copain l’assureur) tout en vantant les mérites de mes produits auprès de mes clients ;
  6. « Comme je suis plus intelligent que tous ces abrutis qui m’achètent des produits sans valeur », je sors de la crise plein les poches et renforcé puisque j’ai misé plus sur l’effondrement du système que j’ai créé, ma copine l’agence de notation s’en sort aussi sans problème puisqu’elle n’a fait qu’exprimer son « opinion » et mon copain l’assureur se fait renflouer par le citoyen américain pour éviter de faire capoter tout le système…

Comme le dit Dominique Strauss-Kahn, qui avait lui-même dénoncé la perversion de ce système :

« A la fin, ce sont toujours les plus pauvres qui paient le prix fort. »

Sans commentaire.

———-

Ma critique

Le plus grand mérite du film est sans doute de ne pas critiquer le capitalisme en tant que tel. Plutôt d’en dénoncer les excès et de les expliquer avec brio au grand public tout en montrant la nécessité de se former pour en comprendre les rouages.

C’est à ce niveau que Michael Moore a échoué dans Capitalism : a love story.

Une critique est efficace uniquement si l’on est capable de comprendre ce que l’on critique, pas en s’y opposant un peu trop systématiquement.

La seule critique que je souhaite émettre à propos d’Inside Job, c’est que je trouve regrettable de ne pas plus montrer, ne serait-ce que quelques secondes, les bons côtés de la finance avant ce mauvais tournant.

Histoire de rappeler que c’est une discipline extraordinaire quand elle rime avec développement économique et éthique.

Histoire de ne pas opposer le clan des « méchants banquiers » avec le reste de la Planète économique comme s’il s’agissait uniquement d’une bande de malfaiteurs organisés.

Car on oublie trop souvent qu’à l’échelle des particuliers et des entreprises, c’est grâce à l’invention de la finance que chacun peut réaliser ses projets.

Prêt immobilier pour acquérir sa résidence principale, facilités de trésorerie pour le petit entrepreneur qui a des fins de mois difficiles, financements structurés pour les grandes entreprises qui ont besoin de se développer…

La liste est encore bien plus longue mais une chose est sûre : sans la finance, il n’y aurait PAS (eu) de développement économique et ce même développement économique était particulièrement solide jusqu’aux années 1980 et le début de l’ère de la dérégulation.

Bien sûr, tout n’est pas toujours rose.

Pour paraphraser Christine Lagarde, il est temps que la finance se souvienne qu’elle est avant tout une industrie de service et qu’à ce titre :

Elle devrait d’abord servir les autres avant de penser à se servir en premier.

Mais il est sans doute bon de rappeler qu’à l’heure actuelle, la finance se conjugue au pluriel, et que le banquier que vous avez en face de vous, au quotidien, n’y est pas pour grand-chose dans cette crise mondiale et n’est sans doute pas le plus « méchant ».

Alors prenez soin de lui, aimez-le, même un peu, ou faites semblant au début, avec l’habitude on s’y fait… Et chouchoutez-le !

Et puis, croyez-moi, vous y avez même tout intérêt… :-)

———–

Note

18/20

—————

Votre avis

Vous avez vu Inside Job ? N’hésitez pas à donner votre avis !

———-

Dans l’actualité

Enquête géante à Wall Street sur des délits d’initiés

Etonnant, non ? :-)

Laisser un commentaire

UA-18988130