nov
3
2011

Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent

Votre avis compte pour moi :

Préambule : vous avez été nombreux à m’écrire pour me proposer de rédiger un article invité sur le blog, et je vous remercie sincèrement. Jusqu’à présent, je ne souhaitais pas ouvrir le blog à ces publications, pensant qu’il était encore un peu tôt. Devant la qualité du résumé qui m’a été proposé, je dois dire que j’ai changé d’avis. Et je ne vais pas me plaindre de gagner un peu de temps… :-)

Voici donc le résumé du livre Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent rédigé par Véro O. qui nous offre en bonus le planning hebdomadaire préconisé par Stephen R. Covey et nous donne son avis éclairé sur le livre.

Merci à Véro pour sa participation et sa fidélité à Mes Finances et bonne lecture à tous !

Publié en 1989, Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent (The Seven Habits of Highly Effective People) ne propose pas un remède miracle mais énumère 7 principes, qui, s’ils sont mis en place en tant qu’habitudes dans la durée, permettent d’augmenter son efficacité, sur les plans personnel et familial comme professionnel. En 2004, le livre avait été vendu à plus de 15 millions d’exemplaires dans 38 langues.

Votre gain de temps : 5 heures 40 minutes !

Taille du livre : 342 pages
s
Durée de lecture du livre : 6 heures
s
Taille du résumé (au format PDF) :  6 pages environ
s
Durée de lecture du résumé : 20 minutes
s
Soit un gain de temps de 5 heures 40 minutes minimum grâce au résumé publié par Mes Finances.

Les+7+habitudes+de+ceux+qui+réalisent+tout+ce+qu'ils+entreprennentLes+7+habitudes+de+ceux+qui+réalisent+tout+ce+qu'ils+entreprennent

Pour bâtir son analyse, Covey a étudié des personnes, modèles de réussite sur les dernières décennies.

Il a ensuite synthétisé  en 7 « habitudes » les principes qui régissent les relations entre individus et permettent de gagner en organisation.

En les mettant en pratique lui aussi dans sa vie professionnelle, comme personnelle, il nous prouve qu’intégrer ces principes et les mettre en pratique dans notre vie de tous les jours permet de gagner en efficacité au quotidien.

Il ne présente pas une méthode miracle et rapide, mais un vrai processus de transformation qui, avec du travail sur la durée, permet de montrer de vrais changements.

Les fondements de la méthode

Covey explique que même si nos techniques et connaissances peuvent nous aider à réussir, la véritable source de notre efficacité se trouve en ce que nous sommes vraiment : notre caractère.

Il illustre son affirmation par une métaphore botanique : ce que les autres voient d’abord, c’est la cime de l’arbre ; mais la véritable efficacité se trouve dans les racines.

C’est pourquoi les 3 premières habitudes vont être tournées vers nous même, nos racines, de façon individuelle, afin de nous permettre de passer d’un statut de dépendance où nous avons besoin des autres, à un état d’indépendance, où nous obtenons ce que nous voulons par nos propres moyens.

Maitriser ces 3 premières habitudes, c’est atteindre ce que Covey appelle la victoire privée.

Pour l’atteindre, il faut développer la maitrise de soi et l’autodiscipline.

Les 3 habitudes suivantes sont tournées vers la relation à l’autre, et permettent d’accéder à l’état d’interdépendance, où nous travaillons avec les autres de façon durable et très efficace.

C’est ce que Covey appelle la victoire publique.

La 7ème habitude couronne les 6 autres, en instituant un cercle vertueux et nécessaire d’amélioration et de formation continue.

Il est intéressant de noter que les 7 habitudes peuvent être appliquées à un individu, mais aussi à une famille, une équipe ou une entreprise.

Au fondement de chaque habitude, Covey présente un « paradigme », entendre ici la manière dont chacun d’entre nous interprète le monde, et qui est toute personnelle.

Nous sommes conditionnés par notre éducation et nos expériences.

En effet, la façon dont nous voyons le monde a un impact sur la façon dont nous agissons.

Et la façon dont nous agissons impacte nos résultats.

Ainsi, pour obtenir de meilleurs résultats, la clé n’est pas forcement de changer son comportement, mais de changer la façon dont nous voyons le monde.

vision du monde

A la définition de l’efficacité, Covey intègre la notion de durée.

Etre efficace, c’est pouvoir obtenir des résultats de manière durable, et pour être efficace, il faut gérer l’équilibre entre production (mes résultats d’aujourd’hui) et potentiel de production.

Il ne faut donc pas épuiser ses ressources rapidement mais doser les efforts pour tenir sur la durée.

Cela s’illustre par la fable d’Esope de la poule aux œufs d’or : en tuant la poule qui lui donnait chaque jour un œuf en or dans le but d’en avoir plus, le paysan a tué sa ressource.

Et au final se retrouve sans rien !!

Habitude 1 : soyez proactif

Cette première habitude est basée sur le principe que nous sommes tous libres de choisir et responsables de nos choix.

En pratique, à chaque « stimulus » qui implique une réponse de notre part, les personnes réactives se laissent porter par des influences extérieures pour répondre et répondent dans l’immédiat.

Les personnes proactives, au contraire, prennent le temps de construire une réponse en accord avec leurs principes et les résultats qu’elles attendent.

Elles prennent le temps de poser entre le stimulus et la réponse qu’elles apportent un espace pour leur liberté de choix (en pratique, cela peut être de prendre une grande respiration et de se laisser un moment de réflexion avant de contre attaquer).

proactivité

Cette liberté de choix s’appuie sur ce que Covey décrit comme les quatre dons humains que sont :

  1. la conscience de soi : notre capacité à analyser nos pensées et nos humeurs,
  2. l’imagination : notre capacité à voir au-delà de l’expérience et de la réalité présente,
  3. la conscience : notre capacité à distinguer le bien du mal,
  4. la volonté indépendante : notre capacité à agir indépendamment de toute influence externe.

Derrière chacune de nos actions, il y a toujours une intention positive.

Par exemple, vous vous plaignez d’être obligé de travailler alors qu’il serait bien plus agréable d’être en vacances toute l’année.

Ce qu’il y a derrière, c’est surtout que vous souhaitez une sécurité financière !

A nous de mettre des mots sur nos vraies motivations.

Nous pouvons observer de façon simple la différence entre proactivité et réactivité dans les mots avec lesquels nous nous exprimons : remplacez « je dois » par « je vais », « ils ne me le permettront pas » par « je peux choisir une approche différente ». Vous allez voir, l’effet est immédiat !

Covey souligne également qu’il est important de se focaliser sur les choses sur lesquelles nous pouvons agir directement (le « cercle d’influence »), et ne pas prêter attention aux choses que nous ne pouvons pas contrôler (le « cercle de préoccupation »).

Ce sont ces préoccupations qui nous occupent parfois beaucoup de temps, pour n’obtenir aucun résultat.

Les personnes proactives sont celles qui se consacrent à leur cercle d’influence, et elles voient celui-ci s’aggrandir.

Cercle d'influence

Enfin, pour Covey, une personne très proactive peut devenir un « agent de transition ». Nous avons la capacité de remplacer chez les autres des comportements malsains ou improductifs, et de les remplacer par des comportements qui permettent de s’épanouir en étant un modèle positif.

Habitude 2 : sachez dès le départ où vous voulez aller

Cette deuxième habitude repose sur le principe que la création mentale précède la création physique.

Ainsi, les gens efficaces visualisent précisément les résultats qu’ils souhaitent obtenir avant d’agir.

Vous le vérifiez tous les jours en réunion : pour obtenir une réunion productive, il faut avoir au préalable construit un ordre du jour et des objectifs clairs.

Covey préconise par conséquent la rédaction d’un « énoncé de mission personnel ».

Cette visualisation de la vie que l’on souhaite doit être formulée positivement, dépendre de soi et correspondre à nos propres valeurs et motivations, et être réaliste et réalisable.

La rédaction d’un énoncé de vie est l’occasion de prendre un temps pour soi, se recentrer sur ce que l’on veut devenir et l’appliquer.

Il sera ensuite revu régulièrement et révisé si besoin, et sera un appui pour orienter nos décisions.

Il nous permet de décider nous même de notre vie et de clarifier ce qui est important pour nous.

L’énoncé de mission peut prendre différentes formes (très court ou très long, un slogan, un poème…), et être rédigé pour un individu, un couple, une famille, et dans le cadre professionnel une équipe voire une entreprise.

Habitude 3 : respectez vos priorités

L’énoncé de vie rédigé dans l’habitude 2 a permis de mettre à jour nos priorités.

L’habitude 3 nous apprend qu’on ne négocie pas sur ces priorités.

Pour être efficace, il nous faut privilégier ce qui est important, et non l’urgent.

Covey nous invite alors à classer nos activités quotidiennes dans une matrice à 4 cases, en distinguant l’important du non important et l’urgent du non urgent.

matrice des priorités

Pour gagner en efficacité, il faut réussir à éliminer de notre emploi du temps toutes les activités non importantes (urgentes comme non urgentes).

Cela peut être par exemple :

  1. Pour des activités urgentes et non importantes : des interruptions inutiles, des réunions peu importantes, les problèmes mineurs des autres…
  2. Pour les activités non urgentes et non importantes : des courriers et emails inutiles, des activités « de fuite », trop de télévision ou d’internet.

L’autre clé est ne pas oublier les activités importantes, mais non urgentes, que l’on a toujours tendance à reporter du fait de leur caractère non urgent. C’est par exemple : la préparation de réunion, la planification, l’établissement de relations, des moments de pause.

Covey nous propose un outil de planification hebdomadaire afin de réussir notre organisation.

outil de planification hebdomadaire

Celui-ci requiert qu’à chaque fin de semaine, nous prenions un temps pour préparer la semaine suivante (environ 30 minutes).

Note : pour le télécharger, cliquez ICI.

Afin de planifier efficacement la semaine, la première étape est de balayer nos différents rôles personnels et professionnels (chef de projet, parent, conjoint, ami, entraineur de football…) et de définir pour chacun de ces rôles les priorités de la semaine. Ce sont les « grosses pierres ».

Ces grosses pierres sont à planifier en priorité dans notre emploi du temps de la semaine.

Une fois les plages bloquées pour ces activités piliers (préparation de réunion, mais aussi sortie au théâtre avec son conjoint ou aller à la piscine avec ses enfants) on peut alors intercaler quotidiennement les « petites pierres ».

Cette planification de la journée se fait chaque matin, au calme et dure une dizaine de minutes.

Elle permet de revoir son emploi du temps de la journée, d’établir une liste réaliste d’activités pour la journée et de les hiérarchiser.

En respectant cette discipline, une personne efficace arrivera à gérer efficacement ses priorités et pourra acquérir une solide réputation de fiabilité.

De la victoire privée à la victoire publique

La victoire privée précède la victoire publique. Vous ne pouvez pas inverser ce processus de la même manière que vous ne pouvez pas récolter avant d’avoir semé.

Dans cette deuxième partie, et grâce aux habitudes 4, 5 et 6 Covey va nous apprendre à interagir de façon constructive avec les autres et bâtir des relations durables.

Covey développe une métaphore du niveau de confiance qui peut exister dans une relation avec le « compte affectif ».

Cela fonctionne comme un compte bancaire, sur lequel on peut faire des dépôts (être gentil, tenir ses promesses, exprimer des demandes claires …) qui renforcent les relations.

Les retraits (être méchant ou irrespectueux, ne pas tenir ses promesses, formuler des demandes floues…), au contraire, amenuisent la confiance dans les relations.

Pour avoir un compte affectif bien rempli, il faut avoir en tête certaines règles :

  1. La règle des 5 pour 1 : cinq dépôts équivalent à un retrait,
  2. Ce qui constitue un dépôt pour l’un peut être un retrait pour l’autre,
  3. Soyez sincère en faisant des petits dépôts : ces petits dépôts finissent par faire des soldes très positifs.

Habitude 4 : Pensez gagnant-gagnant

Covey met en avant dans cette habitude qu’il n’y a qu’un seul modèle qui peut fonctionner : celui du gagnant-gagnant.

Pour être efficace sur le long terme, une relation requiert un respect et des bénéfices mutuels : « recherchons une solution satisfaisante pour tous les deux ».

Les personnes qui agissent dans cet état d’esprit recherchent le bénéfice mutuel, et font preuve de coopération et non de compétition.

Pour établir une telle interaction il faut savoir faire preuve de courage élevé (je sais exprimer mes pensées et mes émotions) et en même temps de considération élevée (j’écoute et je comprends avec respect les pensées et émotions des autres).

Avoir une mentalité de gagnant, c’est aussi se réjouir des succès des autres.

Comment faire pour trouver un accord gagnant-gagnant ?

Commencez par lister ce qui vous cherchez à obtenir, et ce que votre interlocuteur cherche à obtenir.

Mettez-vous ensuite d’accord sur les éléments suivants :

  1. Résultats souhaités : quels sont les résultats que je souhaite obtenir ?
  2. Lignes directrices : comment vais-je procéder pour obtenir ces résultats ?
  3. Ressources : de quelles ressources ai-je besoin ?
  4. Responsabilité : à quoi verrons-nous que nous progressons et nous avons atteint notre objectif ?
  5. Conséquences : quels sont les avantages à atteindre l’objectif ? quels sont les inconvénients à ne pas l’atteindre ?Pour qu’un tel accord réussisse, il est cependant primordial que les deux parties soient parties intégrantes de la négociation.

L’attitude gagnant-gagnant ne dépend pas seulement des individus : pour qu’une équipe travaille dans un esprit gagnant-gagnant, il faut que les systèmes soient cohérents avec ce paradigme.

Formation, organisation, communication, budgets, systèmes de récompense doivent être basés sur un principe gagnant-gagnant.

Habitude 5 : Cherchez d’abord à comprendre, ensuite à être compris

Cette habitude repose sur le principe que pour communiquer efficacement, nous devons d’abord nous comprendre mutuellement.

La plupart des gens ne prennent pas le temps d’écouter.

Ils pensent comprendre le problème de l’autre, et donnent rapidement des conseils.

Cela est lié à notre tendance à donner des réponses autobiographiques à partir de notre cadre de référence.

Ces réponses sont de l’ordre du conseil, du sondage (où l’on pose des questions à partir de notre cadre de référence), de l’interprétation (nous voulons expliquer les motivations et comportement de l’autre à partir de notre propre expérience) et de l’évaluation, où nous portons un jugement.

Ecouter avec empathie au contraire, consiste à refléter ce que la personne ressent et dit avec ses propres mots.

Il ne s’agit pas d’écouter pour répondre.

Durant cette écoute, on peut utiliser les phrases suivantes pour reformuler ce que l’autre exprime : « si je comprends bien, tu ressens… », « tu sembles… ».

Il est important de garder les mots de l’autre.

On ne peut s’exprimer et chercher à être compris que lorsque le problème a été compris par tous, il n’y a plus d’émotions dans l’échange et que l’autre demande un avis ou un conseil.

Tout en exprimant son point de vue, il est important de garder à l’esprit le point de vue de l’autre interlocuteur.

Habitude 6 : pratiquez la synergie

Pratiquer la synergie, c’est travailler ensemble pour trouver une solution plus efficace que la sommes des solutions de chacun.

Au cours d’un processus d’interaction, on peut trouver une nouvelle option.

C’est un processus rigoureux, qui requiert une coopération gagnant-gagnant entre les acteurs et d’avoir en tête un objectif commun mutuellement accepté.

Les trois étapes pour pratiquer une coopération créative sont les suivantes :

  1. Vérifier la volonté des participants à rechercher une solution meilleure : « seriez-vous d’accord pour que nous recherchions ensemble une solution meilleure que celles que nous avons chacun en tête ? »,
  2. Reformuler les besoins : d’abord celui de l’autre, puis exposer le sien,
  3. Créer des idées nouvelles.

Habitude 7 : Aiguisez vos facultés

Rappelez-vous la fable d’Esope : pour être efficace, il faut prendre soin de l’oie qui me donne des œufs en or.

Ainsi pour maintenir et augmenter notre efficacité, nous devons en permanence développer nos ressources physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles.

Que retrouve-t-on dans ces 4 dimensions ?

  1. Physique : l’exercice physique, l’alimentation, le repos, la gestion du stress…,
  2. Social/émotionnel : les dépôts sur les comptes affectifs des relations importantes,
  3. Spirituel : rendre service, clarifier ses valeurs, s’inspirer de la littérature, méditer…,
  4. Mental : lecture, écrire, formation, études.

Le développement de ces quatre dimensions est à placer dans notre outil de planification hebdomadaire, comme vu dans l’habitude n°3.

Il doit trouver sa place dans notre emploi du temps, même s’il est facile de les remettre à plus tard car nous avons le sentiment d’être trop occupé pour aiguiser nos facultés ou que nous manquons d’autodiscipline pour tenir nos engagements.

Mes Finances Mode D'emploi donne son avis

Véro donne son avis

J’ai découvert les principes de Covey dans une formation (développée en France par l’organisme Cegos).

Je recherchais à la base une formation pour améliorer mon organisation et ma gestion du temps, et j’ai été très agréablement surprise par cette vision bien plus complète.

Covey l’avoue lui-même : ce qu’il présente n’est pas révolutionnaire, et en lisant ces habitudes on y voit beaucoup de bon sens.

Mais il a le mérite de l’avoir formalisé de façon construite et intelligente, et en l’étayant de nombreux exemples (que je n’ai pas pu reprendre dans le résumé mais que vous découvrirez avec intérêt en lisant le livre) tant dans le cadre professionnel que personnel.

Covey nous livre une méthode, mais nous lance aussi un défi : il nous donne les clés pour gagner en efficacité, mais c’est bien à nous d’ancrer dans la durée ces habitudes.

Points positifs

  1. Un livre accessible et très clair ;
  2. Des exemples concrets, dans les sphères professionnelle et personnelle ;
  3. Des exercices à mettre en place tout au long du livre pour être acteur de la mise en place des habitudes. Et sans autodiscipline, la méthode ne fonctionnera pas.

Points négatifs

  1. On pourrait reprocher une vision très américaine de la réussite, dans laquelle les principes religieux qui guident la société sont très ancrés. A vous de trier les principes qui vous semblent les plus adaptés, et surtout que vous voulez mettre en place sur le long terme.

Note

18/20

Pour acheter le livre

Votre avis

Vous avez lu ce livre ou vous avez trouvé le résumé intéressant ? Laissez nous un commentaire !

Vous avez aimé cet article ?

Alors partagez le et abonnez vous à la newsletter « j’apprends à m’enrichir » pour profiter des meilleurs bons plans de Mes Finances !

6 Commentaires + Ajouter un Commentaire

  • bjr j ai ce livre mais ne l ai jamais lu
    entièrement merci pour ce brillant résumé
    willy

  • Bonjour à vous,

    D’abord merci pour votre site très intéressant. Dans la même suite d’idées, je souhaitais télécharger votre : outil de planification hebdomadaire. Or, je n’utilise pas Windows, mais plutot un Mac… auriez-vous le même outil compatible avec un Mac svp.

    Merci

    • Bonjour Brigitte,

      Merci pour votre commentaire.
      L’outil de planification est au format Excel et compatible sous Numbers. Lorsque je fais le test sur mon propre Mac avec les 2 logiciels, je n’ai aucun souci pour utiliser le document, donc je ne sais malheureusement pas trop comment vous aider.
      Peut-être existe t-il une mise à jour que vous pourriez télécharger ?
      Dans tous les cas, il semble que le problème ne soit pas lié au Mac mais vraisemblablement au logiciel que vous utilisez.
      N’hésitez pas à nous faire un retour si vous parvenez à trouver une solution.
      A bientôt sur le blog !

  • Merci de nous faire partager vos lectures intéressantes, cela illustre bien la théorie « gagnant gagnant  » et je suis sûre que vous en retirerez des bénéfices. Merci

  • […] les centres de formations linguistiques sont proactifs, les coachs publicitaires sont proactifs, le développement personnel est proactif, la RIAA (équivalent américain de la SACEM en France) est proactive, les agences […]

Laisser un commentaire

UA-18988130